Medecins du monde

Garantir le droit à la santé

Au lendemain de la révolution, les Tunisiens ont pu prendre la mesure des écarts creusés par la dictature entre les régions côtières, favorisées, et les régions de l’intérieur, laissées pour compte. Cette centralisation et ces inégalités régionales ont été porteuses de lourdes conséquences sur les services publics dans les zones défavorisées, au premier rang desquels la santé. Aujourd’hui, la nouvelle Constitution tunisienne de 2014 garantit le droit à chaque citoyen d’accéder à des soins de qualité.

La santé est un droit pour chaque être humain. L’État garantit la prévention et les soins sanitaires à tout citoyen et fournit les moyens nécessaires pour garantir la sécurité et la qualité des services de santé. L’État garantit la gratuité des soins pour les personnes sans soutien et à faible revenu. Il garantit le droit à une couverture sociale, tel que prévu par la loi. 

 Article 38, Constitution de la République Tunisienne de 2014

Promouvoir la participation des citoyens à l’échelle locale

L’autonomie des populations, actrices de leur santé, est un des principes de Médecins du Monde. Avec la société civile, les acteurs institutionnels et les prestataires de santé, Médecins du Monde a donc décidé d’appuyer la mise en œuvre d’une approche participative pour améliorer l’accès aux soins dans les régions défavorisées.

A travers cette approche, Médecins du Monde vise à donner aux citoyens le pouvoir de s’engager pour l’amélioration de la qualité et de l’accès aux services à l’échelle locale. Nous pensons que cette mobilisation est indispensable pour que la population soit autonome dans le combat pour ses droits et qu’en apportant un changement positif, cette démarche consolidera l’attachement aux principes démocratiques et sera garante de cohésion et de paix sociale . Cette démarche s’inscrit dans le processus de décentralisation consacré par le chapitre VII de la Constitution.

Les collectivités locales adoptent les mécanismes de la démocratie participative et les principes de la gouvernance ouverte, afin de garantir une plus large participation des citoyens et de la société civile à l’élaboration des projets de développement et d’aménagement du territoire et le suivi de leur exécution, conformément à la loi.

Article 139, Constitution Tunisienne de 2014

En savoir plus sur nos projets

Démocratisation des soins à Gafsa

Démocratisation des soins à Gafsa

Démocratisation de la santé à Sidi Bouzid

Démocratisation de la santé à Sidi Bouzid

Santé des migrants

Santé des migrants